• (Accès au début de l'article)

    Ecluse 121 - Castel-Finans. La dernière avant le barrage.

    L'assec de Guerlédan

    L'assec de Guerlédan

    L'autre attraction de la balade, l'épave à la confluence avec Landroannec.

    L'assec de Guerlédan

    L'assec de Guerlédan

    En temps normal, ç'aurait été 4 km pour contourner Landroannec. Un cycliste en arrive, je lui demande si ça vaut le coup. Il me dit que bof, que c'est très vaseux et glissant. Bon, je continue vers le barrage...

    L'assec de Guerlédan

    Le voila, le barrage de Guerlédan.

    L'assec de Guerlédan

    A la base de loisir, je monte rejoindre le GR qui fait le tour du lac. Réflexion d'une vieille dame, glanée au passage : "Y a 30 ans c'était mieux, c'était lunaire. J'étais venue juste après la vidange. Là, c'est juste une vallée avec des arbres morts".

    Pas faux.

    L'assec de Guerlédan

    Après le barrage et les installations électriques, je longe le Blavet, qu'il faudra bien que je traverse. D'abord pique-nique !

    L'assec de Guerlédan

    L'assec de Guerlédan

    Le retour par les berges en rive droite, avec d'abord une petite source en forme de mini-chapelle...

    L'assec de Guerlédan

    Puis le passage à la chapelle Sainte-Tréphine

    L'assec de Guerlédan

    Depuis la chapelle, magnifique vue sur l'aval, le pont où j'ai traversé le Blavet.

    L'assec de Guerlédan

    Et je reprends la route de Sordan par le chemin des berges. A refaire une fois le lac rempli, pour essayer de retrouver les mêmes cadrages.

    Bois de Caurel (122).

    L'assec de Guerlédan

    L'assec de Guerlédan

    L'assec de Guerlédan

    L'assec de Guerlédan

    Pouldu (124).

    L'assec de Guerlédan

    Et Sordan...

    L'assec de Guerlédan

    L'assec de Guerlédan

    A refaire dans 30 ans ? 

    Non ! Retour dès 2016 pour une petit comparaison avec le lac plein : ici !

    Une autre rando bretonne ? C'est ici !


    votre commentaire
  • Nouvelle incursion au bout de la terre, puisqu'il semble qu'il y fasse beau... Crozon. Je laisse la voiture à la Pointe de Dinan, et rejoins le port de Morgat à vélo (5,8 km).

    Le Cap de la Chèvre

    Bon, c'est pas compliqué, la mer à main gauche. Y a plus qu'à y aller.

    Le Cap de la Chèvre

    Ah ben non, ça ne passe pas par là. Se perdre est ma devise, mais là quand même je fais fort. M'étais pourtant fabriqué une jolie petite carte. Tout est dans la préparation...

    Le Cap de la Chèvre

    Demi-tour, jusqu'à retrouver l'accès au sentier côtier, qui s'élève au-dessus des falaises.

    Le Cap de la Chèvre

    Le Cap de la Chèvre

    Les grottes sous-marines ne sont pas accessibles par voie terrestre. Quant aux Cheminées du Diable, elles sont clôturées, s'en approcher serait trop dangereux... On est donc amené à randonner dans la pinède, ce qui n'a rien de désagréable !

    Le Cap de la Chèvre

    Le Cap de la Chèvre

    Comme on le voit sur les photos, l'air n'est pas très pur, malgré le léger vent d'est. Ça contribue à créer une atmosphère un peu irréelle.

    Le Cap de la Chèvre

    A plusieurs reprises, le chemin descend, remonte pour dépasser quelques criques sympathiques. C'est assez athlétique : le plateau est à la cote 100.

    Le Cap de la Chèvre

    Le paysage n'est pas breton pour un sou... Soleil éclatant, odeur de résine, paysage de grès... Cap-Breton, plutôt ?

    Le Cap de la Chèvre

    Ou l'Estérel ?

    Le Cap de la Chèvre

    Me voilà à la Grande Roche. Je partage mon émerveillement avec un autre randonneur. Il m'explique que la plage en face de nous, vers Saint Hernot, a été classée dans les 7 plus belles plages d'Europe.

    Le Cap de la Chèvre

    Il me dit aussi que, par erreur, un office de tourisme corse aurait mis la photo de cette plage sur son site Internet... Mouais. La villa sur la colline n'est quand même pas trop dans le genre paillotte...

    Mais c'est vrai que c'est carrément chouette, cette plage. Il n'est pas midi, ç'aurait pourtant été un joli coin pour le casse-dalle.

    Le Cap de la Chèvre

    Vraiment corse...

    Le Cap de la Chèvre

    Passé la Pointe de Saint Hernot. En fait je pense que c'est cette plage-là, qui a été nominée. Donne envie d'y partager un bon bain de soleil... Jean-Pierre, je peux appelé une amie ?

    Le Cap de la Chèvre

    Ça continue : pinèdes et criques improbables...

    Le Cap de la Chèvre

    Le Cap de la Chèvre

    Passage par un petit point d'eau.

    Le Cap de la Chèvre

    On sent que le paysage est sur le point de changer...

    Le Cap de la Chèvre

    Acacias, mimosas, ajoncs... Faut pas confondre ! On est bien chez nous, par Toutatis !

    Le Cap de la Chèvre

    Accès à la suite de l'article.


    votre commentaire
  • (Accès à la 1ère partie de l'article)

    En face, la côte du Cap-Sizun, entre Douarnenez et la Pointe du Raz.

    Le Cap de la Chèvre (suite)

    Allez, un dernier coup d'oeil sur ce coin de Corse.

    Le Cap de la Chèvre (suite)

    Voilà qui ressemble plus à nos balades sur Belle-Ile ou à la Pointe du Raz...

    Le Cap de la Chèvre (suite)

    Bleu le ciel, bleu l'oiseau guérisseur.

    Le Cap de la Chèvre (suite)

    Blanc le Cap de la Chèvre.

    Le Cap de la Chèvre (suite)

    N'y a plus qu'à remonter droit au nord. Qu'est-ce que je vais bien trouver à raconter ?

    Pen Hir au fond dans la brumasse.

    Le Cap de la Chèvre (suite)

    Certes les paysages, face à l'Océan et à ses tempêtes, sont plus bretons que côté est - pour la végétation ; mais ça reste quand même original. On n'est pas dans le granite, les découpes transcrivent les strates et les pendages. Les criques forment comme des cirques provençaux.

    Le Cap de la Chèvre (suite)

    Porz Kreguen.

    Le Cap de la Chèvre (suite)

    La mer ondule...

    Le Cap de la Chèvre (suite)

    On approche de la plage de la Palu.

    Le Cap de la Chèvre (suite)

    Enfin ! L'occasion de placer la touche de rose réglementaire ;-)

    Le Cap de la Chèvre (suite)

    Je soigne un peu mes premiers plans. Je ne le faisais pas, avant, et trouvais toujours mes photos un peu ternes.

    La majesté ne se perçoit pas sans une référence (les rois ont leurs fous). Pendant la marche il y a l’œil, qui va et vient du chemin à l’horizon ; il y a le poids du sac qui grandit dès qu’on regarde vers le sommet. La photo ne saura pas rendre tout ça. Seul le souvenir… Les épices du souk du Caire…

    Et la voilà, dans son immensité, cette plage de la Palu - 2,5 km jusqu'à la Pointe de Lostmarc'h. Enfoncée, la Baie des Trépassés, enfoncées la Grande Plage d'Houat et la plage de Donnant. (Ah non, pas elle et son sable doré...)

    Le Cap de la Chèvre (suite)

    Le Cap de la Chèvre (suite)

    Dans sa partie nord, après la Pointe de Kerdra, la plage est un peu spéciale, parsemée de trépieds antichars et de... nudistes. C'est peut-être ça, l'idée qui a manqué à Hitler, compte-tenu de la pudeur bien connue des Britanniques : quelques naturistes pour empêcher le débarquement.

    Le Cap de la Chèvre (suite)

    (Pas la peine de zoomer, ah ah.)

    On se remet un peu de rose pour rester dans la thématique...

    Le Cap de la Chèvre (suite)

    Comment peut-on ne pas aimer les fleurs, les sauvages en tout cas – tu sais, celles qui ne poussent pas plus vite quand on tire dessus…

    Quelles formes et quelles couleurs...

    Le Cap de la Chèvre (suite)

    Le Cap de la Chèvre (suite)

    Bientôt la fin de la rando : la Pointe de Dinan, où j'ai laissé la voiture.

    Le Cap de la Chèvre (suite)

    Le Cap de la Chèvre (suite)

    Cerise sur le gâteau de cette extraordinaire journée : le Château de Dinan, son arche, avec en arrière-plan la Pointe de Pen Hir et les Tas de Pois.

    Le Cap de la Chèvre (suite)

    Partie pédestre :19 km, près de 1000 m  de déniv. A faire absolument !

    Autant que possible, descendre la côte est en marée haute, remonter la côte ouest en marée basse.

    Une autre rando bretonne ? C'est ici !


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique