• Empyrée (intermède)

    (Jour précédent)

    La nuit sous la lune... La superlune même, puisqu' il paraît qu'elle est au plus près de la Terre ces jours-ci.

    Enfer

    ...Nothing like the sun

    Les yeux de mon amante n'ont rien de solaire.
    Bien plus que ses lèvres, le corail est carmin.
    Son sein n'est pas neige : il a le blond du désert,
    Tandis que ses cheveux s'amassent en noirs crins.

    J'ai vu des roses damassées rouge sur blanc,
    Mais sur ses joues pas tant de rose porcelaine.
    De bien des parfums, bien sûr ! le charme est plus grand
    Qu'au réveil de ma mie, quelquefois l'âcre haleine.

    Je sais - bien que j'adore à l'entendre parler -
    Que le hautbois sonne plus harmonieusement.
    J'ai pu rêver de voir une déesse aller ;
    Ma bien aimée, hélas, reste gauche en marchant.

    Pourtant, Dieu ! je crois celle que j'aime aussi rare
    Que ces belles à qui le Barde la compare...

    (Traduction / interprétation libre du sonnet 130 de Shakespeare. Le lien entre mon empyrée lunaire et ce sonnet est dans la jolie chanson de Sting, Sister Moon.)

    Empyrée (intermède)

    (Jour précédent)  (Jour suivant)


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :