• J8 - Hallingskarvet suite

    (Jour précédent)

    J'avais deux projets potentiels pour cette étape : un tour jusqu'au Langavatnet, au cœur du Hallingskarvet, où j'espérais trouver des rennes, ou gravir le Bolhovd. Mais il fait gris et bruineux.

    J8 - Hallingskarvet suite

    Les premiers kilomètres, je descends la Stemmerdøla.

    J8 - Hallingskarvet suite

    Puis la route s'élève, et à l'embranchement vers l'intérieur du massif, la météo ne s'améliorant décidément pas, je continue à flanc de vallée, comme les autres randonneurs de l'Aurlandsdalen. Hier, le temps hostile me gonflait le cœur, aujourd’hui le temps médiocre m’ennuie profondément.

    J8 - Hallingskarvet suite

    Quant au Bolhovd, à quoi bon ? Circulez y a rien à voir.

    J8 - Hallingskarvet suite

    Étape morose, comme tu vois. Je l'occupe comme je peux, en m'amusant à composer un petit poème grivois, bête et méchant... Ça donne ça - juste les deux premiers couplets, c'est affligeant... :

    Hey gourgandine,
    Ton cul maousse
    Qui se trémousse
    Et se dandine,
            A ses humeurs.

    Tous les fidèles,
    Les supporters,
    Dans les vestiaires
    Du FCL
            Ont eu leur heure...

    La suite se passe pendant la Coupe du Monde ; je crois qu'on peut s'en passer :D.

    J8 - Hallingskarvet suite

    Ou encore je comptabilise les chansons et musiques qui me passent par la tête pendant que je marche. C'est toujours un peu les mêmes, des thèmes qui rythment les pas, que je me surprends parfois à marmonner pendant des heures. La Paloma - celle-là parce que je viens de lire "Mortelle randonnée", de Marc Behm.

    J8 - Hallingskarvet suite

    Je manque d'eau. Comme il y a quelques moutons, j'hésite à me servir aux torrents. J'en remonte un sur trois cents mètres, histoire de me rassurer. C'est un peu psychologique. Aussi bien , il y a peut-être autant de moutons plus haut. Bon, j'y remplis mes bouteilles quand même.

    J8 - Hallingskarvet suite

    Je dépasse la hytten, Steinbergdalshytta, continue sur un kilomètre : ce sera toujours ça de moins pour la longue étape de demain. Je trouve une petite pelouse plate qui surplombe la vallée.

    J8 - Hallingskarvet suite

    Avec eau courante à proximité. J'aurais pu m'éviter le détour de tout à l'heure ! Il se met à pleuvoir franchement dès que j'ai fini de monter le bivouac. Vent violent, j'arrime au maximum.

    J8 - Hallingskarvet suite

    Dans la soirée ça vire à l'orage. Le tonnerre résonne dans la vallée, c'est toujours impressionnant. Bah, qu'y faire ?

    (Jour suivant)  (Jour précédent)


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :