• J9 - Eldgjá (suite)

    (Accès à la 1ère partie de l'article)

    J9 - Eldgjá

    Sur les parois rouges d'Eldgjá, la mousse reprend ses droits. Je te refais le couplet sur le vert islandais ;-?

    J9 - Eldgjá

    Bien, j'approche de la très fameuse cascade d'Ófaerufoss. On peut y accéder par le bus Landmannalaugar - Skaftafell. Dans un sens comme dans l'autre, il s'arrête une grosse heure pour permettre l'excursion (voir mon premier jour en 2012). Comme le bus n'arrivera pas avant un bon moment, je vais pouvoir profiter du site pour moi tout seul.

    C'est une cascade à deux niveau. Première approche : Ófaerufoss vue du palier intermédiaire :

    J9 - Eldgjá

    En cherchant un peu, je trouve un angle encore plus sympa : l'arc-en-ciel d'Ófaerufoss :

    J9 - Eldgjá

    Bon, je redescends, histoire d'appréhender Ófaerufoss dans sa totalité.

    J9 - Eldgjá

    J'ai encore une bonne demi-heure de solitude, il fait très beau, j'ai envie de tenter un truc... A loilpé ! Je remonte dans le lit de la Norðari-Ófaera pour un point de vue exclusif ! J'ai juste gardé les crocs. J'avance dans le torrent ; l'eau monte jusqu'aux hanches, puis à la taille, et pour finir, jusque sous les bras. Même pas froid. Un vrai gamin... Je décompresse ! Tout ça pour un cliché à vrai dire pas très différent du précédent...

    J9 - Eldgjá

    Prenons un peu de recul, maintenant... Ófaerufoss depuis l'autre côté de la faille...

    J9 - Eldgjá

    Et pour finir... Ófaerufoss en remontant un peu les pentes sud d'Eldgjá.

    J9 - Eldgjá

    Bon, j'arrête la mitraille. Je reprends la descente d'Eldgjá vers le parking. Le bus doit être arrivé. Je croise enfin quelques quidams.

    J9 - Eldgjá

    T'es balaise en anglais ? Voilà l'explication de la formation de la faille... (J'ai failli mettre la version islandaise ;-)

    J9 - Eldgjá

    L'autre panneau d'explication, sur le parking, est aussi très intéressant... En rouge Eldgjá et en violet les coulées de lave qu'elle a provoqué vers l'an 934. En gris, ce sont les laves du Laki, l'autre volcan fissural, bien plus récent (1783-1784). Juste à gauche de la zone appelée Stakafell, le lac Langisjór, dont nous venons de faire le tour ensemble. Je me trompe peut-être, mais il semble être juste à la charnière des épanchements d'Eldgjá et du Laki. Sauf qu'il y a les montagnes Fögrufjöll à caser entre les deux... Mystère...

    J9 - Eldgjá

    Lévi-Strauss dresse un parallèle intéressant entre trois disciplines : la géologie, l'ethnologie et les sciences psychiatriques. Les trois, dit-il, ont pour objet de dépasser le rationnel, pour atteindre "une catégorie plus importante et plus valable, celle du signifiant".

    Ainsi, la géologie (en l’occurrence la volcanologie) donne un sens au paysage. "Tout paysage se présente d'abord comme un immense désordre qui laisse libre de choisir le sens qu'on préfère lui donner." Mais en Islande, peu d'avatars de l'histoire humaine, de l'infrastructure ou de l'agriculture. Le paysage est brut. Pour autant, lui donner un sens reste bien complexe...

    L’ethnographie, quant à elle, donne un sens aux coutumes et relations sociales.

    Les sciences psycho-comportementales, enfin, expliquent que ce sont "les conduites en apparence les plus affectives, les opérations les moins rationnelles, les manifestations déclarées prélogiques, qui sont en même temps les plus signifiantes".

    Tâchons de nous en rappeler et ne jugeons pas au nom de la seule raison. (Et ça vaut lorsque nous nous jugeons nous-même !)

    Voilà. Mon tour - et mes réflexions lévi-straussiennes - s'arrêtent là, tandis que le bus boucle la boucle et me ramène vers Landmannalaugar pour une dernière aventure.

    (Jour précédent) (Jour suivant)

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :