• Manganu - Pastricciola 2

    (Accès au début de l'article)

    Mes premiers châtaigniers corses ! (Honnêtement, sans les bogues, je serais infoutu de les distinguer des hêtres.)

    Manganu - Creno - Pastricciola

    Orto. Des hommes, il y en a peu. Une vieille qui m'observe, deux gamines en vacances. Les lions sont en fait les chiens. Chiantissime de ne pas pouvoir traverser un village sans qu'une palanquée de clébards se mettent à aboyer.

    Manganu - Creno - Pastricciola

    J'essaye de joindre le gérant du gîte de Pastricciola. Pas moyen ; j'avais oublié qu'on était samedi. Tant pis, je trouverai bien un site de bivouac, enfin j'espère : pas évident dans la forêt de trouver même quelques mètres carrés plats pas trop défoncés par les cochons.

    Je me paume un peu avant de trouver le sentier du mare a mare. Pas si mal balisé, pourtant, mais les premiers hectomètres après le village sont un vrai foutoir. Chemin très moche qui dévale vers le fond de vallée. Ça ne dure pas, ça redevient sympathique à la traversée du Fiume Grosso, sous la falaise du Capizzolu.

    Manganu - Creno - Pastricciola

    J'y déjeune de lentilles au jambon (très moyennes) et repars sur une montée casse-pattes de 200 m de dénivelé. Orto vu d'en face.

    Manganu - Creno - Pastricciola

    De ce côté-ci, le chemin, passage ancestral bordé d'enclos moussus, est tout simplement magnifique.

    Manganu - Creno - Pastricciola

    Et ça redescend vers un deuxième village - Guagno.

    Manganu - Creno - Pastricciola

    La pluie reprend, tandis que je me lance dans une bonne bavante de presque 500 mètres. Des grondements à la limite de l'infrason... Mon premier cochon sauvage.

    Manganu - Creno - Pastricciola

    Juste un peu plus loin, une truie ? laie ?, couleur pâle et tachetée avec deux petits marcassins ? porcelets ? Ceux-ci traversent le chemin, me voilà entre la mère et sa progéniture. Pas très rassurant.

    Manganu - Creno - Pastricciola

    Je fais un maximum de bruit, elle se rapproche, m'observe. Je constate qu'elle a un marquage à l'oreille. Sauvage le cochon ?

    Manganu - Creno - Pastricciola

    Il n'y a pratiquement plus de chemin. J'avance à l'intuition, content de retrouver régulièrement le marquage orange du mare a mare, revenant en arrière quand il disparaît. Ça grimpe quasi tout droit, à travers les troncs d'arbres, les fourrés, les ronces, la terre est intégralement labourée par les cochons, c'est une vraie aventure, surtout sous la pluie et la capote qui ferment la vue !

    Manganu - Creno - Pastricciola

    Bocca Missicella. Dans le brouillard. Je ne vois rien. Ça redescend dans la vallée du Cruzzini. Je guette les endroits de bivouac. Pas évident, pentu, pentu. Mais il ne faut pas que je me rapproche trop de Pastricciola.

    Le chemin s'aplanit sur une sorte de crête. Il est assez large pour la tente. Je m'arrête.

    Manganu - Creno - Pastricciola

    Espérons juste qu'aucun cochon ne viendra se prendre les pattes dans les tendeurs...!

     

    (Jour suivant)  (Jour précédent)


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :