• Deux intérêts à cette belle ballade :

    - observer la voie normale du Mont-Blanc et notamment le fameux Grand Couloir

    - se confronter à une dénivellation > 2000 m (avec possibilité de réduire en empruntant le téléphérique des Trabets et/ou le Petit Train du Mont-Blanc).

    Partons de bonne heure, depuis les Houches. Il y a plusieurs possibilités, je préconise de remonter la route de Bellevarde vers les Grands Bois (qu'on peut rejoindre aussi du Verney). Le chemin qui continue vers Bellevue dans la forêt d'épicéas est très sympa. On s'élève rapidement jusqu'aux prairies d'épilobes.

    Vers Bellevue

    De Bellevue, il y a 2 chemins possibles, ce qui va nous permettre une belle boucle ombragée. On traverse la voie ferrée et on redescend un peu vers le glacier de Bionnassay et le Chalet de l'Are.

    glacier de Bionnassay

    glacier de Bionnassay

    Le cheminement remonte la moraine, puis quelques passages aménagés de câbles et d'échelles (mais faciles et bien protégés) permettent de rejoindre le Nid d'Aigle. Le site n'est pas ouvert en ce moment (2012) à cause de la menace de rupture du glacier de Tête Rousse.

    On continue vers la cabane des Rognes, dans un univers très minéral... On approche puis dépasse les 3000 m...

    Le glacier de Tête-Rousse est sous surveillance... Voilà le couloir par où s'écrouleraient l'eau et la glace. On voit le système de câbles et de capteurs mis en place et qui doivent en principe donner l'alerte à Saint-Gervais en cas de rupture de la poche d'eau sous-glaciaire.

    Tête-Rousse

    Tête-Rousse

    Un peu plus haut, on traverse le glacier à l'horizontale, en longeant la zone balisée au-dessus de la cavité et on rejoint le refuge. Sacrée vue sur la face nord de l'Aiguille de Bionnassay.

    Aiguille de Bionnassay

    Beau point de vue aussi sur l'Aiguille du Goûter et le Grand Couloir depuis la zone de bivouac à côté du refuge.

    Aiguille du Goûter

    Le Grand Couloir est cette zone grise au milieu de la paroi. Les alpinistes qui montent au Mont-Blanc doivent le traverser puis remonter son bord à droite (gauche orographique). C'est la zone la plus dangereuse de la course, où se concentre la moitié des accidents... Ça parpine un max ! Surtout ce mois d'août 2012 où sévit une canicule  exceptionnelle. On est à 3167 m, et il fait encore 18° à l'ombre... Le gardien du refuge et les alpinistes qui redescendent échangent des anecdotes sur les cailloux qui tombent. Cette nuit, un guide et son client ont été touchés, l'un à la tête, l'autre aux côtes... Certains gros blocs prennent tellement de vitesse qu'ils sautent l'arête de gauche et mitraillent le chemin d'accès.

    On va donc sagement en rester là et redescendre !

    On retrouve la cabane des Rognes et on emprunte le nouveau chemin inauguré depuis peu. Il descend dans le Dérochoir, et est particulièrement impressionant - mais sans danger avec un pied sûr, par beau temps et sans neige ou verglas.

    Il permet d'approcher un peu le glacier suspendu de la Griaz. Profitons-en car s'il y a un glacier qui doit bientôt disparaître avec le réchauffement, c'est bien celui-ci !

    Glacier de la Griaz

    Pour comparer : voilà un tableau réalisé au milieu des années 60... Le glacier de la Griaz avait une autre gueule...

    Tête-Rousse : sur la route du Mont-Blanc

    On rejoint le col du Mont-Lachat d'où l'on peut redescendre par exemple par la cabane des Arandellys.

    Belle journée ensoleillée, 2100 m de dénivelé positif.

    Une autre rando en Pays du Mont-Blanc ? C'est là !


    votre commentaire
  • La Bajulaz, le barrage perdu...

    Ça se situe à deux pas de Chamonix, entre le Buet, le Brévent, Les Houches et Pormenaz. Le GR du Pays du Mont-Blanc en fait le tour.

    Et pourtant, ce barrage, personne ne l'a vu, personne ne sait y aller. De fait il n'est visible d'aucun des nombreux chemins. Il faut s'écarter un peu des crêtes, par exemple, pour l'apercevoir depuis l'Aiguillette de Chamonix :

    la Bajulaz et la Diosaz

    Quoi, un barrage ? Où ça ? Détail !

    la Bajulaz en hiver

    Ce barrage, bien qu'il soit sur la carte IGN, je n'en prends conscience qu'en 2002, en rando familiale à la cabane du Vieux Cheppy.

     Cabane du Vieux Cheppy

    En 2004, 1ère tentative pour le rejoindre, par le bas. Je descends jusqu'au torrent de la Diosaz au niveau de la cabane des Péchots.  Il n'y a, ce jour-là, pas beaucoup d'eau, et je progresse assez facilement quoiqu'il me faille à un moment passer sous un névé, reste d'avalanche.

    Hélas, arrivé à quelque cent mètres (d'après mon relevé GPS), me voilà coincé sous un ressaut. Je tente l'escalade, mais je manque de tomber. Mon appareil photo, lui, s'éclate sur un rocher. Pas d'image...

    En 2005, nouvelle tentative, l'idée est de rejoindre la Diosaz par l'ouest ; je contourne Pormenaz, et me voià en amont du barrage.

    La Diosaz

    Je tente une descente dans le torrent. Mais sans matériel et sans compétence de canyoning, il me faut vite laisser tomber. Le retour au sentier est déjà bien compliqué, et je passe à quelques centimètres d'une vipère qui choisit bienheureusement de fuir plutôt que de mordre...

    La Diosaz

    Dans l'après-midi, je rejoins la cabane du "Plane d'en bas", en rive droite, au pied de la Pointe Noire de Pormenaz pourr y bivouaquer.

    Entre Diosaz et Pormenaz

    Mont-Blanc rose

    Le lendemain, au lever du soleil, j'inspecte les pentes qui descendent vers la Diosaz. Mais elles sont trop raides, pas question de m'y lancer. Et le lac du barrage n'est même pas visible.

    ---------------------------------

    Bilan à ce stade : non seulement je n'ai pas rejoint mon barrage, mais je ne l'ai même pas aperçu...

    Août 2009, nouvelle tentative - je suis assez sûr de mon coup - par l'est cette fois-ci. Directement de la vallée de Chamonix, je rejoins le Col du Brévent.

    Mont-Blanc au Col du Brévent

    Je retrouve le GR du Pays du Mont-Blanc. En face de moi, mon itinéraire de 2005. On voit bien l'impossibilité de rejoindre le fond de vallée.

    Pormenaz

    Je quitte le sentier et descends dans la pente, en débusquant au passage deux chamois. Le cheminement à travers les saules devient très malaisé et fastidieux. Le soir n'est pas loin quand j'arrive au-dessus d'une petite barre rocheuse. Damned, encore coincé ! Mais cette fois-ci, ça y est, je le vois, mon barrage de Bajulaz. Au moins, je tiens la photo !

    Lac de barrage de la Bajulaz

    Je bivouaque à la belle étoile dans les mousses au dessus de la barre rocheuse. Nouvelles photos au matin.

    Lac de barrage de la Bajulaz

    On voit que le lac s'est rempli dans la nuit. Manifestement, le barrage est en service, que ce soit pour des besoins électriques ou pour allmenter le site touristique des Gorges de la Diosaz.

    Mais je n'ai pas le temps de chercher un chemin pour contourner la barre. Il me faut encore renoncer et rejoindre les Houches via le Brévent et l'Aiguillette.

    ---------------------------------

    Je ne m'avoue pas vaincu... Il y a forcément, sinon un chemin marqué, au moins un reste de trace : il a bien fallu acheminer les ouvriers et les matériaux du chantier : il date d'avant l'hélicoptère !

    2012... Me voilà reparti vers le Vieux Cheppy, 10 ans après... Le chemin de la cabane n'est plus indiqué. Au contraire, un panneau tente de me dissuader et indique une impasse. La cabane, quant à elle, entretenue par les chasseurs, est toujours en bon état.

    Au-delà de la cabane, le chemin est encore bien visible pendant quelques hectomètres puis se perd dans un éboulis. Je m'obstine et j'en retrouve trace un peu plus loin. Deuxième disparition du chemin dans une pente herbeuse. Je continue à l'horizontale autant que je peux, jusqu'à bloquer sur une barre rocheuse.

    Haute Diosaz

    Il y a forcément un chemin, et il est forcément un peu plus haut. Je grimpe dans les herbes et les éboulis, et le voilà !

    A partir de là je ne le perdrai plus. ll continue à s'élèver lentement. Sur la fin, il est même taillé dans la falaise.

    A la recherche de la Bajulaz

    Et enfin, après 8 ans de recherche, voilà mon fameux barrage de Bajulaz !

    Barrage de la Bajulaz

    Quoi ? Tout ça pour ça ?

    Barrage de la Bajulaz

    Barrage de la Bajulaz

    Ben oui.

    (Trois ans après, l'aventure a une suite, à trouver là !

    Une autre rando en Pays du Mont-Blanc ? C'est là !


    13 commentaires
  • Carte Tré-les-Eaux

    Au départ du village du Buet, la carte IGN et les chemins balisés nous emmènent naturellement vers le vallon de Bérard. Soyons contrariants ! et prenons le chemin de Tré-les-Eaux

    On laisse à gauche le chemin de la cascade à Bérard, à travers les prairies d'épilobes.

    Aiguille Verte et Chardonnet

    On arrive très vite à une petite falaise, aménagée d'échelles et de chaînes., et voilà l'entrée resserrée du vallon, face à l'Aiguille du Chardonnet.

    Aiguille du Chardonnet

    C'est un peu plus loin que, sur la carte, s'arrête le chemin.

    Gentianes

    Soyons attentifs : 200 m avant un verrou glaciaire, une trace remonte sur la droite, vers la "Gouille au Bouc". On rejoint peu après cette étrange balafre qui traverse le vallon.

    Tré-les-Eaux, col des Corbeaux

    A gauche, les restes de la "nappe" sédimentaire charriée par dessus le granite. Quelques lambeaux sont restés collés. On y trouve les traces de l'océan que l'érection des Alpes a fait disparaître.

    Ripple-marks à Tré-les-Eaux

    Ripple-marks à Tré-les-Eaux

    C'est sur cette même fracture qu'on pourra trouver, dans la vallée d'Emosson, des empreintes de dinosaures.

    Remontons vers le Col des Corbeaux.

    Tré-les-Eaux

    C'est le Buet qui nous fait face et que nous allons retrouver, se reflétant dans un premier lac.

    Buet

    Etrange reflet...

    Tré-les-Eaux, vallon mystérieux

    La chaîne du Mont-Blanc se dévoile également.

    Mont-Blanc, du Lac Vert

    Et nous voilà au Col de la Terrasse. L'Aiguille Verte et le Glacier d'Argentière :

    Aiguille Verte

    Aiguille du Chardonnet et Glacier du Tour :

    Aiguille du Chardonnet

    Et bien sûr encore le Mont-Blanc...

    Mont-Blanc

    Pour continuer la randonnée, on pourra basculer vers la vallée d'Emosson, ou, avec une bonne forme ! rejoindre le Col du Genévrier vers le Buet.

    Une autre rando en Pays du Mont-Blanc ? C'est là !


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique