• (Début de la journée)

     La voilà !

    J2 - La Queyrie

    A l'entrée de la Queyrie, c'est l'étrange Carrière Romaine...

    Étranges vestiges... Quelle idée d'aller si haut, si loin, chercher ces matériaux de construction, si lourds, si encombrants ?

    J2 - La Queyrie

    Enfin quoi, c'est pas la pierre qui manque...

    J'ai glané un peu d'infos sur Internet. Il semble donc que cette carrière ait servie aux alentours du second siècle après JC. Apparemment, les blocs de 10 tonnes étaient acheminés vers Die, à l'époque une cité gallo-romaine importante.

    J2 - La Queyrie

    Bien du plaisir aux transporteurs... Il faut croire que cette pierre en valait la peine, et pourtant difficile d'y voir grande différence avec le calcaire urgonien omniprésent. Peut-être pour son grain vaguement rougeâtre.

    J2 - La Queyrie

    Des panneaux abandonnés en cours de taille sont encore en place. On voit bien la technique utilisée.

    J2 - La Queyrie suite

    Des morceaux de colonnes brisées sont également éparpillés, tout autour du site.

    J2 - La Queyrie suite

    Deux clichés du site dans son entier.

    J2 - La Queyrie suite

    J'ai tant que bien que mal caché la famille qui avait tenu à se poser au milieu de la carrière, pour son déjeuner. Est-ce qu'on s'installerait juste devant la Joconde pour un pique-nique !? Y a parfois des claques qui se perdent.

    J2 - La Queyrie suite

    L'autre attraction de la Queyrie bien entendu : l'Arbre Taillé.

    J2 - La Queyrie suite

    Il est près de 14 heures : midi solaire ! Je dégote un épicéa sous lequel me faufiler pour un bon farniente en attendant que le soleil tape moins fort.

    (Suite de la journée)

     


    votre commentaire
  • (Début de la journée)

    Il est temps de repartir, même si le sac s'est fait lourd. Décidément je n'aurai pas les pattes pour le grimper jusqu'en haut du Grand Veymont.

    J2 - La Queyrie suite

    Bah, l'ascension du Grand Veymont, point culminant du Vercors, était optionnelle : je l'ai déjà gravi il y a une vingtaine d'année. J'avais dormi à la Cabane des Aiguillettes - que voilà.

    J2 - La Queyrie suite

    A deux cents mètres de la cabane, nouvelle harde de bouquetins.

    J2 - La Queyrie suite

    Cette fois-ci, ce sont quasi exclusivement des femelles et des petits.

    J2 - La Queyrie suite

    Il n'y a qu'un seul gros mâle, qui se la joue chef de famille mormon...

    J2 - La Queyrie suite

    Mouvement tournant, sorte de lente spirale qui me rapproche peu à peu du groupe sans les effaroucher.

    J2 - La Queyrie suite

    J2 - La Queyrie suite

    Un dernier cliché, et on reprend la route...

    J2 - La Queyrie suite

    Pas de montée au Grand Veymont, donc. Je le contourne par l'ouest, en tirant dans le haut du plateau de Bonnevau.

    J2 - La Queyrie suite

    Sente peu marquée qui finit par rejoindre le GR 91 que j'avais laissé au Pré Peyret.

    J2 - La Queyrie suite

    Hum... Tu sens l'odeur ?

    J2 - La Queyrie suite

    Un jour, en se penchant pour boire dans une fontaine, Narcisse voit son reflet. Hypnotisé par son image, il tombe dans la fontaine. Sauvé de la noyade par une quelconque déesse un peu dévergondée, il s'y transforme en fleur.

    J2 - La Queyrie suite

    Et c'est pourquoi, par cette odeur quasi narcotique, Narcisse tente de nous attirer à notre tour dans la fontaine. Que voilà d'ailleurs ! - la Fontaine de la Chau.

    J2 - La Queyrie suite

    Elle coule en abondance, et comme il n'y a personne, j'en profite pour une bonne toilette complète. C'est un des grands plaisirs de la rando en autonomie, ces décrassages à l'arrache, les jours de grand soleil. Le corps est chaud, et le contact de l'eau fraîche est sensationnel - au sens propre : sensation-nel !

    J2 - La Queyrie suite

    Je plante la tente sur un petit mamelon, au lieu-dit Biscordat.

    J2 - La Queyrie suite

    (Journée suivante)


    votre commentaire
  • (Journée précédente)

    J'ai passé la soirée à écouter les gloussements des lagopèdes. Ça drague et ça pécho..

    Bon, je repars pour une journée qui va s'avérer bien morose. Pourtant sympa, cette rencontre avec une vesse de loup géante.

    J3 - Plateaux nord

    Je dépasse la Jasse de la Play.

    J3 - Plateaux nord

    L'ambition du jour est de gagner le pied des sommets, pour grimper demain matin et traverser la Petite et la Grande Moucherolle. Des paysages grandioses sur Internet. Mais je n'ai pas trouvé d'autre solution pour gérer l'eau sur ce parcours que de me charger à bloc.

    Hier à la Fontaine de la Chau, j'ai rempli mes trois litres habituels dans mes deux bouteilles et complété encore par deux litres dans une poche à eau. Le sac dépasse allègrement les 20 kgs et ça ne suit pas. Essoufflement à la moindre côte. Petit moral.

    J3 - Plateaux nord

    C'est qu'elles apparaissent encore loin et hautes, ces Moucherolles...

    J3 - Plateaux nord

    J3 - Plateaux nord

    Grimpette galère jusqu'à Tiolache du Haut - y a pourtant que 100 m de dénivelé.

    J3 - Plateaux nord

    Suivie d'une longue descente dans l'étonnant canyon des Erges.

    J3 - Plateaux nord

    L'exposition sud-ouest du canyon des Erges est propice à l'installation d'une flore un peu différente.

    J3 - Plateaux nord

    On est loin du 1er mai ; puisse pourtant ce brin de muguet nous porter chance :)

    J3 - Plateaux nord

    J3 - Plateaux nord

    Le GR reprend au nord, dans les bois.

    J3 - Plateaux nord

    Je profite d'une clairière pour m'arrêter et mettre la tente à sécher car il n'y a pas eu le moindre souffle de vent cette nuit, et ma respiration s'est condensée sur la toile.

    Je suis très inquiet pour mes chaussures et je constate les dégâts.

    J3 - Plateaux nord

    Le devant se fend, ce n'est pas très grave mais m'énerve un peu. Elles ont juste deux ans ces chaussures et je pensais qu'elles me feraient plus de route. A quoi bon s'acheter de bonnes chaussures de cuir, si c'est pour voir les parties composites se déliter à vitesse grand V ?

    Plus embêtant, la semelle qui part en vrille. Je n'avais pas fait gaffe à quel point le basalte de l'été dernier avait abrasé mes chaussures. La traversée des lapiaz est en train de les achever...

    J3 - Plateaux nord

    J3 - Plateaux nord

    Sortie des bois pour arriver sur la magnifique plaine de Darbounouse.

    J3 - Plateaux nord

    La Petite Moucherolle se rapproche peu à peu. Il va falloir décider si je bifurque vers son flanc ou si je continue sur le GR vers Corrençon.

    J3 - Plateaux nord

    L'inquiétude pour mes semelles grandit peu à peu. Vont-elles tenir jusqu'à Grenoble ? Non vraiment, je ne peux pas prendre le risque de me retrouver en crocs sur les pentes raides des Moucherolles.

    Tant pis, je vais rester sur le GR et prier pour qu'elles tiennent les bons 45 km qui restent. Quelque part soulagé, je vide ma poche à eau. Shunter les sommets est une défaite, mais mes épaules et mon dos s'en réjouissent, et pour mon ego le prétexte des chaussures est bienvenu !

    J3 - Plateaux nord

    En approche de Corrençon, je m'aperçois que les plaines dites du "Champ de la Bataille" ont été transformées en golf depuis l'édition de ma carte...

    Les randonneurs "sauvages" ne sont pas les bienvenus ! Je me faufile subrepticement sur les chemins pour caddies, dégote un petit bosquet entre deux greens et cache ma tente au bord d'une petite clairière.

    J3 - Plateaux nord

    Ça ne me dérange pas trop de jouer les hobos. C'est même un peu drôle d'écouter les derniers golfeurs du soir passer à proximité sans me voir.

    (Jour suivant)


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique