• Stances à une sirène

     

     

    ScaphandrierIl avance, à grandes foulées lestées de plomb

    Et soulève, comme un obscur voile de brume,

    La poussière grise du passé. Tout au long

     Du chemin à cela ses pensées se résument.

     

    Il résiste pourtant, il veut vivre au présent,

    Se laisser fasciner par ces étranges formes,

    Lumineux gonfalons bercés par le jusant.

    Hélas, pas une fois ses folies ne s’endorment !

     

    Ces breuils de goémons, qu’il écarte des bras,

    Ne sont-ils pas comme la jungle du vieux livre,

    Cette forêt de votre enfance où Bagheera,

    Naïf parangon, vous enseignait à vivre ?

     

    Ce bouquet de gorgone évoque un éventail,

    Agité par quelque gracieuse débutante,

    À ce bal où les gars te prenaient par la taille.

    Et tu valsais, Lili, offerte, consentante !

     

    L’orchestre ne joue plus ; la balise qui gît,

    Fatiguée du ressac, a préféré s’éteindre.

    Le monde du dehors a perdu sa magie

    Et les amants, trop tôt, ont fini de s’étreindre.

     

    Il s’enfonce un peu plus, au fond de l’Océan.

    Le temps se fige dans ces fosses sans chaleur :

    Ton souvenir enfin sombre dans ce néant

    Où le passé n’est rien, pas même une lueur.

    ..............................................................

     

    Mais ils ne sont pas là, ces soleils rajeunis

    Rêvés par le poète au fond des mers profondes :

    Nuls serments, nuls parfums, nuls baisers infinis,

    N’ont trouvé place au fond de ce gouffre qu’il sonde.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :