• Des Sarradets à Goriz

    La traversée Brèche de Rolland – Goriz assortie de l’ascension facile d’un « 3000 » (le Taillon), voilà encore une belle randonnée, à travers des paysages spectaculaires.

    Il est déjà tard dans la saison (début octobre), tard dans la journée. Je laisse la voiture sous le Port de Boucharo, avec pour premier objectif de rejoindre le refuge des Sarradets pour y passer la nuit. Je croise quelques randonneurs qui m’alertent : attention, le refuge est fermé, inaccessible. Bah, ça ne m’inquiète pas, il y a bien, en principe, une partie qui reste ouverte hors saison. Dans le pire des cas, redescendre à la voiture ne sera pas trop long.

    Ce qui m’inquiète plus, quand je rejoins le col des Sarradets, c’est la glace… Pas prévue. On dirait qu’une tempête a sévie sur la partie française du massif.

    Des Sarradets à Goriz

    Etrange ambiance que celle de ce grand refuge des Sarradets abandonné.

    Des Sarradets à Goriz

    Des Sarradets à Goriz

    Je fais le tour et trouve l’accès : il faut monter une petite échelle, on rentre directement à l’étage. La partie ouverte du refuge comprend une salle à manger et un dortoir. Ce n’est pas la première fois que je suis seul dans un refuge, mais bien la première fois dans ce genre de grand refuge habituellement gardienné : c’est spécial, le sentiment de solitude est exacerbé. Forcément, il y fait froid, alors je m’enterre sous 5 couvertures.

    Grand bleu le lendemain matin. Petite grimpette. Le chemin est bien givré, un peu glissant. A la montée, ça va. Je rejoins d’abord la brèche de Rolland.

    Des Sarradets à Goriz

    Côté espagnol, il n’y a presque pas de neige ou de glace sur le Descargador : l’orage s’est vraiment cantonné sur les faces nord du massif du Marboré.

    Des Sarradets à Goriz

    Il y a quand même quelques stalactites de glace qui menacent, j’essaie de ne pas passer trop près des parois. Une femelle isard et son petit :

    Des Sarradets à Goriz

    Avant de rejoindre le refuge de Goriz, mon itinéraire prévoit l’ascension du Taillon, « 3000 » facile.

    Il suffit de contourner le Doigt.

    Des Sarradets à Goriz

    Des Sarradets à Goriz

    Ensuite, suivre les crêtes permet de rejoindre le sommet du Taillon sans difficulté. Panorama. Le Vignemale et son glacier :

    Des Sarradets à Goriz

    Le massif du Marboré et le Mont-Perdu :

    Des Sarradets à Goriz

    Je débaroule vers le llano de Millaris. Revoilà ma petite famille isard.

    Des Sarradets à Goriz

    Ensuite c’est la traversée jusqu’à Goriz par les cuellos del Descargador et de Millaris. Les paysages calcaires en gradins et verrous glaciaires sont particulièrement somptueux.

    Des Sarradets à Goriz

    Des Sarradets à Goriz

    Le refuge Goriz est bondé. La randonnée est le sport « national » catalan. J’avais prévu d’y passer 2 nuits et de monter au Cylindre du Marboré, mais je n’ai pas réservé… Il y a de la place pour moi, mais juste pour cette nuit. Changement de programme, il va falloir que je retourne côté français dès demain…

    Le lendemain, donc, itinéraire allégé : contournement de la Sierra Custodia et retour à la brèche de Rolland. D’abord un petit tour près des falaises du canyon d’Ordesa afin de prendre en photo les Tres Sorores : Cylindre du Marboré, Mont-Perdu et Soum de Ramond.

    Des Sarradets à Goriz

    (Voir l’article « Canyon d’Ordesa » pour le même paysage au printemps.)

    Au fil de ma boucle, je repère un vautour, puis débusque un groupe de sangliers (je n’ai pas eu le temps de les prendre en photo, ils m’ont fichu la trouille les vaches !)

    Des Sarradets à Goriz

    Les Tres Sorores et les Tres Marias côté canyon d’Anisclo :

    Des Sarradets à Goriz

    Retour à Goriz par le collado de Arrablo. Tiens, il y a des vaches en alpage ! Elles ont fait de la route !

    Des Sarradets à Goriz

    Et je reprends le chemin vers le refuge des Sarradets. Je tombe sur toute une harde d’isards.

    Des Sarradets à Goriz

    Des Sarradets à Goriz

    Voilà la brèche de Rolland vu depuis la grotte Casteret. Sacré lapiaz, il faut des chevilles solides pour y cheminer.

    Des Sarradets à Goriz

    Contraste par rapport à l’avant-veille : le refuge est ouvert pour le week-end, et en plein surbooking. Mais ici, contrairement à Goriz, on accueille tout le monde. Après le dîner, les gardiens disposent des matelas un peu partout dans la salle à manger.

    Retour à la voiture, dernier coup d’œil sur le Taillon.

    Des Sarradets à Goriz


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :