• Islande 2009

    Un trek avec Terdav. La chance de tomber sur un petit groupe (8 personnes). Une belle expérience, qui m'a fait comprendre que je pourrais y retourner... seul !

    J'ai oublié pas mal des péripéties du voyage mais restent les photos.

    Le trajet : de l'Hekla à Landmannalaugar, via les vallées au nord du Tindfjallajokull.

    Islande 2009

  • L'avion du matin... Le guide nous récupère demain à l'hôtel. C'est donc quartier libre pour visiter la ville, en profitant du beau temps.

    Reykjavík colorée, comme toutes les capitales scandinaves.

    Reykjavik

    Reykjavik

    Perspective vers le port.

    Reykjavik

    Invraisemblable, la taille des bateaux de pêche au radoub.

    Reykjavik

    Deux baleiniers en retraite.

    Reykjavik

    Les montagnes de l'autre côté du fjord, anticipation des jours à venir...

    Reykjavik

    Nous remontons le bord de mer vers l'est, sur le Saebraut, pour contempler Solfarith.

    Reykjavik

    Puis, descente au sud vers Perlan, les réservoirs d'eau chaude surmontés de restaurants et d'une galerie marchande.

    Reykjavik

    Reykjavik

    Reykjavik

    Bon, retour vers le centre-ville. Balade vers le cimetière paysager et le lac.

    Reykjavik

    Reykjavik

    Reykjavik

    Les soirées sont longues, fin juin, à cette latitude, mais la suite s'annoce plus sportive, alors dodo...

    (Jour suivant)

     


    votre commentaire
  • Hekla - Tindfjallajokull

    Ce matin, nous faisons connaissance avec notre guide, Thor, et c'est parti pour trois heures de voiture.

    Hekla - Tindfjallajokull

    Au milieu de nulle part, une table de pique-nique. C'est là qu'on nous laisse, sous l'Hekla, cachée dans les nuages. On remonte la coulée de lave de la Skjoviarhaun. Il ne pleut pas vraiment, mais on évolue dans une sorte de brouillard, à la limite du crachin. L'atmosphère est très austère, un temps de troll.

    Hekla - Tindfjallajokull

    On s'approche de coulées récentes, que le guide nous fait contourner, car, dit-il, elles ne sont pas encore stables, et peuvent s'écrouler sous nos pas. Alors on reste sur la neige.

    Hekla - Tindfjallajokull

    Hekla - Tindfjallajokull

    Traversée de la coulée, dans une zone plus ancienne.

    Hekla - Tindfjallajokull

    Hekla - Tindfjallajokull

    On contourne donc la Mundafellshraun, et on rejoint notre voiture de ravitaillement. Temps de monter le campement. L'Hekla est toujours écrêtée par les nuages.

    Hekla - Tindfjallajokull

    Deuxième jour : on part plein sud, à travers des plaines de cendre.

    Hekla - Tindfjallajokull

    En face de nous, c'est le Tndfjallajökull.

    Hekla - Tindfjallajokull

    Quant à ces volcans, je n'ai pas réussi à les identifier.

    Hekla - Tindfjallajokull

    Voilà la vallée de l'Eystri-Ranga, et un premier gué, facile, juste de quoi goûter la fraîcheur de l'eau.

    Hekla - Tindfjallajokull

    Hekla - Tindfjallajokull

    Enfin un peu de verdure... La fameuse mousse fluorescente.

    Hekla - Tindfjallajökull

    Hekla - Tindfjallajokull

    Nouvelle vallée, que Thor appelle "Vallée de la famine"...

    Hekla - Tindfjallajokull

    Au fond, la Hvitmaga et ses gradins.

    Hekla - Tindfjallajokull

    Hekla - Tindfjallajokull

    On s'arrête au confluent de la Hvitmaga et d'une autre rivière, plus puissante : c'est la fameuse Markarfljot. On imagine pas de la passer à gué, celle-là !

    Hekla - Tindfjallajökull

    Il y a un petit bâtiment, sorte de cabane où nous pouvons nous installer pour le dîner. C'est Krokur, qui a depuis évolué en un vrai refuge...fermé. On installe les tentes puis c'est soirée belote.

    (Jour précédent) (Jour suivant)

     


    votre commentaire
  • Le temps s'est remis au moche, ce matin : brouillard et petite pluie. Faut bien y aller, pourtant. On traverse la Markarfljot sur un pont, à proximité de Krokur et... on suit le guide. Lui a l'air de savoir où il va.

    Ça monte. Peu à peu la rivière s'encaisse entre deux falaises.

    Markarfljot - Laufavatn

    De l'intérêt d'avoir un appareil photo étanche...

    Markarfljot - Laufavatn

    Markarfljot - Laufavatn

    C'est reparti dans le brouillard...

    Markarfljot - Laufavatn

    Nous voilà dans une petite vallée ; saisissant contraste du basalte très noir et de la mousse fluo.

    Markarfljot - Laufavatn

    Des laves en coussin ? Ce qui signifierait un épanchement volcanique sous l'eau (dans un lac, sous une calotte glaciaire ?).

    Markarfljot - Laufavatn

    Markarfljot - Laufavatn

    On remonte vers un lac, un chapelet de trois cratères d'explosion : le Skyggnisvatn.

    Markarfljot - Laufavatn

    Markarfljot - Laufavatn

    Dommage, si la pluie a cessé, le ciel bas nous empêche de profiter de la vue sur la calotte du Myrdalsjökull.

    Markarfljot - Laufavatn

    On redescend vers le Laufavatn - lac des feuilles ; on n'imagine pourtant pas qu'il y ait eu une forêt dans ce coin désolé.

    Markarfljot - Laufavatn

    Juste au sud du lac, c'est le plus étrange des paysages, une sorte de chaos de monticules de basalte recouverts de mousses vertes et grises. Étrange...

    Markarfljot - Laufavatn

    Markarfljot - Laufavatn

    Markarfljot - Laufavatn

    J'y suis repassé en 2012. J'ai vu bien d'autres merveilles islandaises, mais ça reste pourtant mon souvenir le plus vif. L'atmosphère de cette journée burtonienne doit y être pour quelque chose.

    On continue un peu vers l'est. Notre voiture de ravitaillement est déjà là, et la tente-messe est déjà montée.

    Markarfljot - Laufavatn

    J'ai souvenir que c'est ce soir-là qu'on a fabriqué - et consommé - une sorte de tisane de mousse. Je crois que c'est cette variété :

    Markarfljot - Laufavatn

    (Jour précédent) (Jour suivant)

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique