• Jour 5 : Biados - Pont du Prat

    Dernière étape (il faut bien...) : rejoindre la voiture par le Port de la Pez.

    Du refuge, descendre un peu puis prendre la vallée qui remonte vers le nord. Petite balade dans les bois, le long du torrent.

    Biados - Pont du Prat

    Pas de prise de tête, pas de recherche d’itinéraire, celui-ci est évident. On passe à côté d’une petite cabane de berger, puis le chemin traverse en rive gauche pour passer un verrou.

    Biados - Pont du Prat

    Biados - Pont du Prat

    Biados - Pont du Prat

    On a rejoint les alpages ; la montée continue tranquillement et voilà qu’apparaît le fond de la vallée.

    Port du Pez

    Je ne sais pas si la photo rend l’impression du moment. Loin d’être un col pépère, ce Port de la Pez se défend bien. Ça va grimper dur…

    Ça monte d’abord dans un pierrier, complètement à gauche de la vallée.

    Biados - Pont du Prat

    Je fais bien attention à ne pas perdre les marques, pour être sûr d’aborder la suite par le bon endroit, car on attaque la traversée d’une barre rocheuse. Content d’être à la montée plutôt qu’à la descente.

    Mais, question… Que va me réserver l’autre face du col ?

    Après la barre rocheuse, restent quelques mètres très raides dans les herbes et voilà le col.

    Vallée de la Pez

    Eh bien l’autre côté est encore plus impressionnant... La trace part à droite. Pour un moment on chemine sur la crête. On rejoint le côté est du col, c’est là que la verticalité faiblit un peu.

    Longue et précautionneuse descente (dénivelé > 300 m) en lacets, sur une trace très étroite, où il est interdit de trébucher, sous peine d’une chute dramatique.

    On ressent le vide encore plus que dans les sangles de Chartreuse. Je trouve que c’est une sacrée responsabilité pour (je ne sais pas qui ?) d’avoir placé un chemin à cet endroit. Quel danger sous la pluie, avec un peu de neige ou de verglas !

    Bon, ma fatigue mentale joue peut-être pour une part dans ma perception mais jamais je n’y emmènerais des enfants ou des débutants. Enfin, la pente s’adoucit, la sensation de vide se résorbe.

    Déjeuner sur les rochers.

    Port de la Pez

    La photo suivante rend bien compte de la raideur du flanc nord du Port de la Pez.

    Port de la Pez

    La suite sans commentaires particuliers : alpages, forêt, retour à la centrale électrique.

    Biados - Pont du Prat

    Biados - Pont du Prat

    Biados - Pont du Prat

    Biados - Pont du Prat

    Voilà la rando finie ; ma compilation des meilleurs concertos pour piano, fil rouge de mes bavardages, l'est aussi.

    Depuis ce trek, bien sûr elle s'élargit, au gré des rencontres et en toute subjectivité. Alors si ça vous intéresse... la voici à l'instant T.

    1738, Bach, concerto pour clavier BWV 1056

    1785, Mozart, concerto pour piano n°21

    1786, Mozart, concerto pour piano n°23

    1806, Beethoven, concerto pour piano n°4

    1808, Beethoven, fantaisie chorale opus 80

    1810, Beethoven, concerto pour piano n°5

    1829, Chopin, concerto pour piano n°2

    1831, Mendelssohn, concerto pour piano n°1

    1832, Mendelssohn, capriccio brillant

    1834, Chopin, andante spianato et grande polonaise opus 22

    1845, Schumann, concerto pour piano

    1849, Listz, totentanz

    1855, Listz, concerto pour piano n°1

    1868, Grieg, concerto pour piano

    1868, Saint-Saëns, concerto pour piano n°2

    1875, Tchaïkovski, concerto pour piano n°1

    1880, Tchaïkovski, concerto pour piano n°2

    1881, Brahms, concerto pour piano n°2

    1881, Fauré, ballade

    1883, Rimski-Korsakov, concerto pour piano

    1885, Franck, variations symphoniques

    1886, Straus, burleske en ré mineur

    1887, Albeniz, rapsodie espagnole

    1896, Saint-Saëns, concerto pour piano n°5

    1901, Rachmaninov, concerto pour piano n°2

    1910, Scriabine, Prométhée le poème du feu

    1913, Prokofiev, concerto pour piano n°2

    1915, Falla, Nuits dans les jardins d'Espagne

    1918, Medtner, concerto pour piano n°1

    1924, Gerschwin, rhaposdy in blue

    1924, Honegger, concertino

    1930, Ravel, concerto pour piano en sol

    1930, Ravel, concerto pour la main gauche

    1932, Szymanowski, symphonie n°4 concertante

    1933, Chostakovitch, concerto pour piano et trompette

    1934, Rachmaninov, rapsodie sur un thème de Paganini

    1936, Khachaturian, concerto pour piano

    1940, Bartók, concerto pour 2 pianos et percussions

    1941, Britten, diversions pour piano main gauche et orchestre

    1946, Guarnieri, concerto pour piano n°2

    1956, Martinu, concerto pour piano n°4

    1968, Pärt, credo

    2002, Chin, double concerto pour piano et percussions

    (Jour précédent)

     


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :