• Avril en Corse 2019

    Un zeste de GR20, un peu de mare a mare ; une improbable thébaïde corse hors saison : Tavignano, Nino, Creno, Cruzzini.

    Avril en Corse 2019

  • Alors... Je passe rapidement sur la galère habituelle.

    Le sac qui sort prem's sur le tapis de l'aéroport d'Ajaccio, mais à quoi bon puisqu'il faut attendre plus d'une heure la navette pour la ville. Bah oui faut pas concurrencer les compagnies de taxis locales.

    La saucée à l'arrivée, en avant-goût du temps exécrable que me promet la météo pour toute la semaine à venir. Je sèche lentement dans le petit train de la ligne Ajaccio - Bastia.

    La chasse dans tout Corte sous le crachin.

    Et donc cette information essentielle que je t'apporte dès ce début de compte-rendu - et pour laquelle j'attends remerciements et reconnaissance à jamais : le spot s'appelle Omnisport et c'est cours Paoli. C'est là, et seulement là, dans ce petit magasin surnommé "Le Camp de Base", que tu trouveras une bouteille de gaz au format universel.

    Mais comme tout le monde, tu patienteras jusqu'à 15 heures, l'ouverture du magasin... La sieste c'est sacré.

    Et donc il est déjà 15h30 quand je prends le chemin des gorges du Tavignano.

    Les gorges du Tavignano

    Les gorges du Tavignano

    Sans regret je laisse derrière moi la citadelle de Corte, cette ville que j'aurai sillonnée dans un sentiment d'urgence hargneuse, en parfait déphasage avec le tempérament corse, et qui méritait mieux.

    Les gorges du Tavignano 1

    Et d'ailleurs merci à la gentille cortenaise qui m'a signalé l'Omnisport, et qui a pris la peine de me guider au travers d'une improbable traversée d'immeubles menant à la passerelle sur le Tavignano.

    Ce même Tavignano que je vais maintenant remonter, j'espère, jusqu'à sa source.

    Les gorges du Tavignano 1

    "La première chose qu'on remarque, c'est l'odeur". Et oui, c'est vrai ! La pluie s'est arrêtée et la végétation en fleurs, vers les 600 m d'altitude, génère un incroyable fumet d'herbes provençales, expérience tout à fait nouvelle pour moi.

    Les gorges du Tavignano 1

    Peu de temps après avoir quitté Corte, je croise deux touristes en baskets et ensuite la montagne est toute à moi. De part et d'autre du Tavignano, elle s'érige en tours de guets et colonnes de granit.

    Les gorges du Tavignano 1

    Les gorges du Tavignano 1

    Parmi les différentes essences d'épineux, ce pin dont l'écorce forme comme un kaléidoscope d'oranges et bruns abstraits.

    Les gorges du Tavignano 1

    Quelques spots de baignade - le ruisseau d'Antia -, mais ça n'est pas la saison !

    Les gorges du Tavignano 1

    Les gorges du Tavignano se creusent peu à peu.

    Les gorges du Tavignano 1

    Les gorges du Tavignano 1

    Le chemin s'est élevé pour passer les ressauts et les étroitures sous le Brusco.

    Les gorges du Tavignano 1

    Les gorges du Tavignano 1

    Au travers la roche tourmentée, le chemin parfaitement tracé est sans difficultés, mais la longue journée stressante pèse plus encore que le sac, et j'avance - littéralement - à deux à l'heure dès que ça monte un peu.

    (Suite de l'article)


    votre commentaire
  • (Accès au début de l'article)

    Les gorges du Tavignano, toujours...

    Les gorges du Tavignano 1

    Pas un chat... Il y a du crottin frais sur le sentier, ce qui me fait supposer qu'un mulet ou un âne est passé quelques heures avant moi, mais sinon rien. Juste quelques chèvres entraperçues dans les hauteurs.

    Les gorges du Tavignano 1

    Les gorges du Tavignano 1

    J'arrive au pont sous le Brusco. Le chemin continue en rive droite.

    Les gorges du Tavignano 1

    Les gorges du Tavignano 1

    Les gorges du Tavignano 1

    Le sentier quitte momentanément le Tavignano et remonte dans les bois du Castagnolu. Sous la voute des pins, dans l'humidité qui remonte des mousses et des fougères, avec l'obscurité qui approche, l'atmosphère se densifie. Je suis bien loin de Brocéliande et pourtant...

    Les gorges du Tavignano 1

    Le refuge de la Sega est encore à une heure, mais je n'ai plus très envie d'y arriver. La forêt me fascine. Sous le ruisseau du Castagnolu, une sorte de terrasse providentielle. D'évidence il faut que je m'arrête là ce soir... Peu probable, vu l'heure et la météo, qu'un garde forestier vienne me reprocher ce bivouac sauvage.

    Vite, je monte la tente, je sens qu'il va se passer quelque chose.

    Les gorges du Tavignano 1

    Épiphanie d'une journée si mal commencée...

    Remontant lentement du ruisseau, s'approchant tranquillement de moi, une créature hors du temps, une salamandre de Corse...

    Les gorges du Tavignano 1

    Elle rentre à sa maison, une souche à deux mètres de ma tente.

    Les gorges du Tavignano 1

    Je suis absolument subjugué par la bête. Je prends photo sur photo, en gros plan, oubliant malheureusement de passer en mode macro.

    Les gorges du Tavignano 1

    L'esprit du feu, selon Paracelse, l'alter ego des ondines, des gnomes et des sylphes, esprits tutélaires des trois autres éléments - l'eau, la terre et le vent.

    Les gorges du Tavignano 1

    Je m'endors sur cette expérience onirique qui n'est pourtant mon genre ! La "communion avec la nature", Gaïa, tout ça, d'habitude ça ne me parle pas...

    (Jour suivant)


    votre commentaire
  • (Accès au jour précédent)

    Je dégage le terrain de bonne heure... Me suis rendu compte en consultant ma carte hier soir que j'avais installé mon bivouac en pleine réserve biologique. Je suis bon pour un PV si je me fais chopper.

    Séga - Manganu

    Séga - Manganu

    Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle... En fait non, la pluie nocturne s'est arrêtée, et il y a presque un rayon de soleil. Dans le haut de la vallée - vers où je me dirige, c'est quand même bien bouché.

    Séga - Manganu

    Le sentier rejoint le bord du Tavignano.

    Séga - Manganu

    Séga - Manganu

    Et c'est l'arrivée au refuge de la Sega. Personne. Les dortoirs du bas grands ouverts.

    Séga - Manganu

    Je m'y arrête le temps du petit déjeuner (krisprolls, beurre, thé au gingembre, amandes), fais le plein à la source et reprends ma route. Faut profiter avant que les averses annoncées ne me tombent dessus :).

    La forêt ferme un peu le paysage, mais elle est un spectacle en soi, avec ces arbres explosés caractéristiques.

    Séga - Manganu

    La cascade du - je ne sais pas ? - Scrocchiella.

    Séga - Manganu

    Séga - Manganu

    Depuis la Sega, je suis repassé en rive gauche du Tavignano.

    Séga - Manganu

    Pas grand chose à dire à part parler de la météo. Du ciel qui se dégage au fur et à mesure que je monte.

    Séga - Manganu

    Dévoilant peu à peu les reliefs enneigés. La limite pluie-neige, ces derniers jours, était aux alentours des 1700 m - altitude que je tangenterai ce soir.

    Séga - Manganu

    Passage à une jolie prairie, en aval de la bergerie de Binadelli.

    Séga - Manganu

    (Suite de l'article)


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique