• (Début de l'article)

    Le deuxième, le lac "cote 1360", est un grand lac au pied du Matskornipen, derrière lequel se cache la calotte du Hardangerjøkulen. Par la puissante ambiance qui s'y dégage, il mériterait bien un nom, si possible le nom d'un dieu. Le genre de dieu glacial, hautain, un dieu nordique évidemment, un Jötunn ou un Ase.

    J6 - Soleil sur le Hardangerjøkulen suite

    On sent qu'on est à la limite de la vie, qu'on n'est que toléré, et encore, qu'il ne faut pas s'attarder. Un névé bloque le chemin, qui longe le lac. Trop raide, trop glacé. Il faut monter sur une cinquantaine de mètres pour une traversée moins casse-gueule.

    J6 - Soleil sur le Hardangerjøkulen suite

    Ensuite redescendre au bord du lac. Se faufiler entre les eaux et la falaise. Enfin remonter vers le col de Helvetesgjela, à l’altitude de 1420 m, pour quitter cette hostilité oppressante.

    J6 - Soleil sur le Hardangerjøkulen suite

    L'autre côté du col est encore un paysage étrange. Un plateau calé à 1400 m d'altitude, succession de névés (faciles) et de zones rocheuses grisâtres à la végétation rare et rase à la fois.

    J6 - Soleil sur le Hardangerjøkulen suite

    Le Midnutevatnet.

    J6 - Soleil sur le Hardangerjøkulen suite

    Le royaume des lichens... Nouveau gué, mais sans courant.

    J6 - Soleil sur le Hardangerjøkulen suite

    Un trailer me croise - je n'avais vu personne depuis le couple de ce matin, qui m'a redoublé et semé pendant mon moment de hors-piste. C'est que je me rapproche d'un spot mythique de la rando norvégienne : Finse.

    J6 - Soleil sur le Hardangerjøkulen suite

    Finse qui apparaît tout au fond de la vallée, au bord de son lac - le Finsevatnet, comme il se doit. Derrière, c'est le massif du Hallingskarvet, terrain d'aventure des prochains jours.

    Redescendu sous les 1300 m, on revient à la vie ! Les escarpements bloquent les glaces du Hardangerjøkulen. Elles s'échappent encore, au nord du Søre Kongsnuten, dans une vallée glaciaire appelée Blåisen.

    J6 - Soleil sur le Hardangerjøkulen suite

    Plus loin, apparaissent les glaces de la vallée Middalen, voie d'accès au sommet du Hardangerjøkulen.

    J6 - Soleil sur le Hardangerjøkulen suite

    Lente descente vers Finse, avec la traversée du violent torrent Styggelvene, pourvu d'un pont, heureusement !

    J6 - Soleil sur le Hardangerjøkulen suite

    J6 - Soleil sur le Hardangerjøkulen suite

    Finse n'est plus très loin.

    J6 - Soleil sur le Hardangerjøkulen suite

    Le camping n'est autorisé qu'au sud du lac. Il y a déjà une demi-douzaine de tentes. Je trouve, pour la mienne, un chouette emplacement à deux pas de l'eau. Avec accès privatif au Finsevatnet !

    J6 - Soleil sur le Hardangerjøkulen suite

    Baignade très revigorante dans le Finsevatnet. Très fraîche ! La plus fraîche du trek. Je perds vite pied, peux facilement enchaîner quelques mouvements de crawl. J'imagine de nager jusqu'à l'île, mais retrouve vite la lucidité de ne pas le tenter ! Je serais en hypothermie avant de revenir au rivage.

    Pendant que je prépare la popote du soir, une jolie parhélie apparaît dans le ciel, une dizaine de minutes.

    J6 - Soleil sur le Hardangerjøkulen suite

    (Jour suivant)  (Jour précédent)

     


    votre commentaire
  • (Jour précédent)

    Finse, déserte au petit matin... La deuxième étape de haute montagne de mon trek commence dans la grisaille. Je suis pessimiste pour la météo d'aujourd'hui, alors je suis parti de bonne heure, avant la pluie.

    J7 - Hallingskarvet

    Étrange petite ville,  accessible seulement par le train, construite en 1908 autour de la gare - comme dans un western. Les trains sortent d'un tunnel, s'arrêtent, lâchent un joueur d'harmonica, pardon, quelques touristes, randonneurs, VTTistes, skieurs en hiver, repartent par un tunnel...

    La gare de Finse est, à cette heure matinale, aussi vide que le village.

    J7 - Hallingskarvet

    Le glacier est malheureusement dans les nuages, on ne voit que la base de Middalen. Très crevassée. Ça me conforte dans l'idée que je n'aurais pas pu traverser - tout seul et avec des crampons légers - le dôme du Hardangerjøkulen.

    J7 - Hallingskarvet

    Aujourd'hui et demain je traverse le massif du Hallingskarvet. Il est réputé riche en hardes de rennes sauvages. Ça serait bien d'en apercevoir ! Peu probable mais quand même plus que d'apercevoir un wolverine...

    Le wolverine, en bon français le glouton, est le plus mystérieux des carnivores européens. Qui connait cette bête ? Une sorte d'énorme blaireau, de la taille d'un petit ours, vorace et farouche ; il me fascine. Il est là, le vois-tu ?

    J7 - Hallingskarvet

    J7 - Hallingskarvet

    Traversée de la Finseelvi. Et toujours pas de vue sur le nord du Hardangerjøkulen...

    J7 - Hallingskarvet

    Bruine, nuages bas, vent froid. J'avance lentement, engoncé sous ma veste, ma capuche, ma capote.

    J7 - Hallingskarvet

    Et puis j'entre dans le brouillard...

    J7 - Hallingskarvet

    Ambiance... La vue noyée par la brume, le son brouillé par le vent et la capuche, on se sent isolé, angoissé : engagé. Je ne sais pas si on peut traduire en mots ce ressenti, comme on est vivant...

    J'entrevois à peine la cabane de Klemsbu.

    J7 - Hallingskarvet

    Quelques névés ou lambeaux de glaciers, on ne sait plus. Point culminant du trek, ce lac "cote 1626", et son iceberg.

    J7 - Hallingskarvet

    Mon seul renne, hélas... Un bois trouvé au bord du chemin, que je plante comme un trophée au-dessus du Omnsvatnet.

    J7 - Hallingskarvet

    Au Omnsvatnet, je suis redescendu vers 1300 m, il y a un peu plus de luminosité et la pluie est maintenant discontinue.

    J7 - Hallingskarvet

    J7 - Hallingskarvet

    Enchevêtrement de lacs (cote 1221) où j'envisage de planter la tente. Mais comme je suis parti de bonne heure, et que j'ai tracé sous la pluie, il est encore tôt.

    J7 - Hallingskarvet

    Bah, vu le temps, continuer n'a pas grand intérêt. Je dépasse la hytten locale, la Geiterygghytta et pose la tente quelques hectomètres plus loin, entre deux cascades, au bord de la Stemmerdøla (qui plus bas deviendra l'Aurlandselvi). Mais il fait trop froid pour une baignade.

    J7 - Hallingskarvet

    (Jour suivant)  (Jour précédent)


    votre commentaire
  • (Jour précédent)

    J'avais deux projets potentiels pour cette étape : un tour jusqu'au Langavatnet, au cœur du Hallingskarvet, où j'espérais trouver des rennes, ou gravir le Bolhovd. Mais il fait gris et bruineux.

    J8 - Hallingskarvet suite

    Les premiers kilomètres, je descends la Stemmerdøla.

    J8 - Hallingskarvet suite

    Puis la route s'élève, et à l'embranchement vers l'intérieur du massif, la météo ne s'améliorant décidément pas, je continue à flanc de vallée, comme les autres randonneurs de l'Aurlandsdalen. Hier, le temps hostile me gonflait le cœur, aujourd’hui le temps médiocre m’ennuie profondément.

    J8 - Hallingskarvet suite

    Quant au Bolhovd, à quoi bon ? Circulez y a rien à voir.

    J8 - Hallingskarvet suite

    Étape morose, comme tu vois. Je l'occupe comme je peux, en m'amusant à composer un petit poème grivois, bête et méchant... Ça donne ça - juste les deux premiers couplets, c'est affligeant... :

    Hey gourgandine,
    Ton cul maousse
    Qui se trémousse
    Et se dandine,
            A ses humeurs.

    Tous les fidèles,
    Les supporters,
    Dans les vestiaires
    Du FCL
            Ont eu leur heure...

    La suite se passe pendant la Coupe du Monde ; je crois qu'on peut s'en passer :D.

    J8 - Hallingskarvet suite

    Ou encore je comptabilise les chansons et musiques qui me passent par la tête pendant que je marche. C'est toujours un peu les mêmes, des thèmes qui rythment les pas, que je me surprends parfois à marmonner pendant des heures. La Paloma - celle-là parce que je viens de lire "Mortelle randonnée", de Marc Behm.

    J8 - Hallingskarvet suite

    Je manque d'eau. Comme il y a quelques moutons, j'hésite à me servir aux torrents. J'en remonte un sur trois cents mètres, histoire de me rassurer. C'est un peu psychologique. Aussi bien , il y a peut-être autant de moutons plus haut. Bon, j'y remplis mes bouteilles quand même.

    J8 - Hallingskarvet suite

    Je dépasse la hytten, Steinbergdalshytta, continue sur un kilomètre : ce sera toujours ça de moins pour la longue étape de demain. Je trouve une petite pelouse plate qui surplombe la vallée.

    J8 - Hallingskarvet suite

    Avec eau courante à proximité. J'aurais pu m'éviter le détour de tout à l'heure ! Il se met à pleuvoir franchement dès que j'ai fini de monter le bivouac. Vent violent, j'arrime au maximum.

    J8 - Hallingskarvet suite

    Dans la soirée ça vire à l'orage. Le tonnerre résonne dans la vallée, c'est toujours impressionnant. Bah, qu'y faire ?

    (Jour suivant)  (Jour précédent)


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique